L’intérêt d’écrire des articles originaux, fouillés, et intelligents, c’est qu’ils intéresseront les lecteurs… quelques semaines. 

D’après une étude Halverson Group, un article de blog reçoit 50 % de son trafic dans les 10 jours suivant sa publication – et 72 % dans le premier mois. Un article datant de plus de 2 ans peut donc être qualifié de “contenu zombie”. Et tout comme son homonyme, il pourrit la stratégie SEO.

Faut-il pour autant supprimer des articles vieux mais qualitatifs ? Non ! Comme le souligne Neil Patel, s’ils sont optimisés, les anciens articles font toute la valeur commerciale d’un site web.

Vous n’aurez pas soigné votre contenu pour rien : il existe des solutions pour valoriser les vieux articles de blog aux yeux des moteurs de recherche, des lecteurs, et des annonceurs.

Travailler le référencement du site web

On le sait, environ 70 % des utilisateurs de Google ne cherchent pas plus loin que les 5 premiers résultats. Et la concurrence est rude pour figurer en première page !

Or, l’ancienneté d’un article impacte directement son référencement – et celui du site web qui l’héberge. 

Le crawler de Google adapte la fréquence de ses visites à la fréquence des mises à jour du site web. Plus celles-ci sont espacées, plus longtemps il faudra pour que le nouveau contenu soit référencé, moins il recevra de visiteurs, moins le site web sera bien référencé… C’est un cercle vicieux.

Il n’en faut pourtant pas beaucoup pour plaire au Google bot et aux autres moteurs de recherche. Ils considèrent qu’un site web a été mis à jour si 5 % de son contenu textuel à été modifié.

Plus un blog est ancien, plus les anciens articles pèsent sur son référencement. Mais les blogueurs disposent de solutions pour “faire du neuf avec du vieux” :

  • Rafraîchir les articles anciens, en retravaillant leurs mots clés et en ajoutant du texte issu d’un champ lexical de longue traîne. La mise à jour des images et de leurs captions compte également comme du “nouveau” contenu.
  • Nettoyer les vieux articles, en mettant à jour les liens brisés, en optimisant le maillage interne pour rediriger vers du nouveau contenu, et en supprimant le contenu doublon tel que défini par Google Panda.
  • Et optimiser le site web, en évitant les pages avec pas ou peu de contenu texte, en désindexant les pages orphelines indispensables, en créant une catégorie “meilleurs articles” sur la page d’accueil, et en créant une section “Actualités” propice à des publications fréquentes. 

Par contre, il faudra alimenter cette nouvelle section avec soin. Rien ne fait plus fuir les lecteurs qu’un blog qui n’a pas été mis à jour depuis plusieurs mois.

Améliorer l’expérience du lecteur 

Le Google bot n’est heureusement pas le seul lecteur des articles anciens ! La qualité du contenu paie toujours à long terme, et les meilleurs blogs restent pertinents à condition qu’on les fasse évoluer.

Si un article ancien attire moins de trafic tout en maintenant son taux de conversion, une mise à jour du contenu suffit à booster sa performance. L’opération concerne toute référence à un élément daté : un ancien produit, des statistiques anciennes, une loi réformée… Mais on peut conserver la même URL.

Si le taux de conversion est en berne, la réécriture des vieux articles s’impose. La relecture facilite le repérage d’erreurs de grammaire, d’orthographe, de syntaxe, et autres fautes de frappe. C’est aussi l’occasion de retravailler le style, en appliquant quelques règles de la rédaction web : 

  • s’en tenir à 25 mots par phrase ;
  • choisir ses adjectifs avec soin et parcimonie ;
  • utiliser des verbes d’action, plutôt que la voix passive ou des verbes tels que “être” ou “permettre” ;
  • ou encore privilégier la facilité de lecture, grâce à paragraphes courts et des bullet lists – et oui.

Par contre, ces retouches ne feront pas sortir les vieux articles réécris de la catégorie “doublon”. Pour faire baisser le taux de rebond, il faut proposer de nouvelles informations aux lecteurs :

  • en approfondissant le sujet traité ;
  • en réécrivant plusieurs articles courts sous la forme d’un seul article long form ;
  • en mentionnant la date et la raison de la “mise à jour”, pour encourager le lecteur à suivre l’évolution du sujet. Une fois réécris, d’anciens articles buzz peuvent ainsi être repostés sur les réseaux sociaux avec une mention “archives”.

Une redirection 301 redirigera ensuite les internautes vers le nouvel article optimisé.

Et si un vieil article rencontre toujours autant de succès ? Vous tenez une perle. Ne touchez à rien, et envoyez vos références d’influenceur à l’agence Editeurs de getfluence !

Valoriser le site web aux yeux des annonceurs

Des articles de qualité qui tiennent sur la durée signalent l’expertise d’un influenceur. Et les marques qui soignent leur marketing d’influence l’ont bien compris ! L’optimisation des anciens articles impacte directement certains des critères qui déterminent le prix d’un article sponsorisé sur un blog donné :

  • le positionnement sur les mots-clé qui intéressent la marque ;
  • la qualité et la quantité des backlinks ;
  • le PageRank ;
  • le domain authority du site web – que les agences de référencement suivent sur Moz.

Du côté des influenceurs, ces indicateurs s’ajoutent au besoin exprimé par la marque pour fixer le tarif d’un article sponsorisé sur leur blog. Ils prennent notamment en compte :

  • le nombre de mots, 
  • le temps de création de l’article sponsorisé,
  • les prestations de promotion, 
  • et bien sûr durée de visibilité en ligne

L’agence de getfluence met en relation les influenceurs et les marques qui sont faits pour s’entendre. Leur collaboration sert les lecteurs de l’un, autant que les clients de l’autre. Contactez-nous pour découvrir une nouvelle source de revenus réguliers pour votre blog !