À chaque marché ses prix ! Après avoir couvert le sujet pour la France et l’Espagne, nous nous attaquons à la Perfide Albion. Surnom peu sympathique (mais on ne va pas réécrire l’histoire), qui définit pourtant un marché au potentiel immense. Ce potentiel a cependant un prix. Lequel ? La réponse ci-dessous.

Le contexte outre-manche

Le Royaume-Uni est le premier marché d’Europe sur le e-commerce, devant l’Allemagne et la France. Même chose sur la publicité en ligne, les deux allant souvent de pair (l’un stimulant l’autre). Les dépenses en la matière ont dépassé celles de la pub TV depuis 2010. Elles représentent en 2017 pas moins de 10,5 milliards de pounds (12 milliards d’euros). À elle seule, la publicité sur les réseaux sociaux dépasse 1,5 milliard d’euros (source : Statista). Et toutes ces données sont vouées à augmenter dans les prochaines années.

Certes, le Royaume-Uni connaît connaît dernièrement une croissance ralentie, notamment du fait de l’incertitude autour du Brexit, mais ses fondamentaux sont solides, aussi il reste judicieux de vous attaquer au marché leader en Europe.

Coût d’un article au Royaume-Uni : quels critères ?

getfluence.com

Il existe autant de critères que de gardes au service de sa majesté ! Côte trafic, il semble que les Anglais préfèrent raisonner en terme de pages vues plutôt que de visiteurs uniques (ce qui change l’ordre de grandeur, méfiez-vous !).

Ensuite, le marché britannique est mature, les blogueurs y sont donc très au courant des critères SEO et adaptent sans mal en conséquence leurs tarifs ! Typiquement un blog avec une excellente Autorité de Domaine pourra charger le double d’un autre affichant une performance moindre de ce côté, même si leur trafic est similaire.

Si le travail du blogueur dépasse la seule rédaction d’un article pour inclure des photos ou vidéos de son cru, il vous facturera probablement ce travail créatif supplémentaire. (Crédit photo : Alex Holyoake, Unsplash)

De même, le moindre partage sur les réseaux sociaux implique nécessairement un surcoût. Si la négociation est une vertu typiquement latine, autant vous prévenir : rien ne s’obtient gratuitement dans le monde anglo-saxon.

Enfin, beaucoup d’autres critères peuvent venir impacter le coût total du partenariat (plus souvent à la hausse qu’à la baisse), comme :

  • Le niveau d’expérience du blogueur et/ou l’ancienneté de son blog,
  • La thématique du blog et le secteur concerné (le B2B est typiquement moins cher que le B2C),
  • La longueur de l’article commandé,
  • La présence d’un ou plusieurs liens vers votre site web,
  • La modération des commentaires,
  • La curation par le blogueur des visuels illustrant l’article,
  • La réutilisation par la marque du contenu créé,
  • L’âge du capitaine (ou pas).
Le chemin est tout tracé : Londres et son énorme marché vous attendent ! (Crédit photo : Pixabay, Pexels)

Soyons concrets : place aux chiffres !

Bien sûr les échos venus d’outre-Manche sur le sujet sont variés. Pourtant, un sondage mené auprès de 100 blogueurs par un blog influent local (The Bloglancer pour ne pas le citer) donne un panorama un peu plus fiable, en fonction du nombre de pages vues par mois :

  • Moins de 1000 pages vues : moins de £ 30 (35 €),
  • Entre 1000 et 3000 pages vues : £ 55 (60 €),
  • Entre 3000 et 5000 pages vues : £ 75 (85 €),
  • Entre 5000 et 7000 pages vues : £ 95 (110 €),
  • Entre 7000 et 10 000 pages vues : entre £ 80 et £ 250 (entre 90 € et 285 €),
  • Entre 10 000 et 20 000 pages vues : entre £ 90 et £ 250 (entre 100 € et 285 €),
  • Entre 20 000 et 50 000 pages vues : entre £ 90 et £ 300 (entre 100 € et 340 €),
  • Plus de 50 000 pages vues : £ 350 (400 €) en moyenne, le maximum atteint étant £ 750 (850 €).

L’étude précise que l’écart type était parfois conséquent, comme on peut même le voir avec certains segments où donner une moyenne n’aurait pas eu tellement de sens.

La solution la plus économique consiste souvent à passer par une plateforme de mise en relation entre annonceurs et blogueurs. Sur getfluence.com, une commande auprès d’un blog anglais commence à 107 €, et la moyenne s’établit autour de 150 € pour du micro-influenceur (autour de 10 000 visiteurs uniques). Bien sûr, comme expliqué plus haut, des blogs positionnés sur des marché de niche peuvent facturer plus cher : 450, 500 voire 900 € (voyages de luxe notamment).

Are you ready? Alors lancez-vous ! À noter que si vous vous lancez sur le Royaume-Uni, ouvrez-vous aussi en même temps au marché irlandais. Les blogs anglais sont aussi visités par des internautes irlandais, donc permettez à ces derniers de passer commande également. Vous rajouterez ainsi un marché de 5 millions de personnes à celui du Royaume-Uni (66 millions). The bigger the better!

Combien dépensent les marques pour un article sponsorisé en France ?

getfluence.com