La création de contenu est aujourd’hui une évidence. Qu’il soit de qualité est incontournable. C’est tout ? Non, car derrière ces deux prérequis se cachent bien d’autres exigences pour un Marketing de Contenu véritablement efficace. 

Davantage de concurrence et plus d’exigences

Créer du contenu de qualité, vraiment utile, qui ne se contente pas de promouvoir vos produits ou services, mais qui résout véritablement les problèmes de votre audience : voilà une stratégie vertueuse… sur le papier. En effet, vous n’évoluez pas en vase clos, et en 2018, il est quasi certain que du contenu d’excellente facture est déjà publiée sur le web, en particulier par vos concurrents, et peut-être depuis longtemps. Il n’est pas difficile de créer du contenu qualitatif, c’est même le b.a.-ba du Content Marketing. D’autres ont eu l’ « idée » avant vous.

Les internautes croulent sous le contenu, alors si vous voulez que le vôtre sorte du lot, il va falloir faire mieux que bien. (Crédit photo : Dmitry Ratushny, Unsplash)

Aussi, votre incursion dans le domaine ne fera pas de vagues si vous ne vous différenciez pas. Enfonçons le clou : la qualité n’est plus un facteur de différentiation. Il va falloir trouver autre chose (sans renoncer pour autant à des standards élevés !) si vous voulez attirer du trafic récurrent, générer des backlinks et faire votre entrée sur les premières pages des résultats de recherches (les seules qui vaillent). Mais comment rayonner et surclasser la compétition ?

La création n’est qu’une facette d’une stratégie de contenu

getfluence.com

Le storytelling est depuis longtemps un terme à la mode, mais il ne peut à lui seul créer de l’audience ! C’est un mythe. Il faut d’abord et avant toute chose considérer l’expérience utilisateur dans son ensemble.

Certes. Mais créer du contenu qualitatif ne garantit plus systématiquement son référencement…

En la matière, c’est la rapidité de chargement de la page qui constitue la première expérience avec votre contenu. Avec Facebook et son chargement quasi instantané (comment font-ils ?!), les internautes sont habitués à ce confort d’utilisation et le moindre chargement supérieur à 5 ou 6 secondes risque de les agacer, voire de les détourner de votre site. Il existe de multiples services pour mesurer votre performance, mais de notre point de vue GTMetrix est un service efficace, simple d’utilisation et gratuit.

La rapidité de chargement de votre contenu est une part intégrante de l’expérience utilisateur. De plus, cette performance est aussi prise en compte par Google lors de l’indexation de vos pages. (Capture d’écran : GTMetrix.com)

Ensuite vient naturellement le design. Est-ce que votre contenu vit (ou survit) dans un emballage bancal, ou est-ce que le design est au service de votre contenu et le met en valeur ?

Enfin, créer du contenu n’est pas la dernière étape du processus ! Ce que beaucoup de créateurs oublient, ce sont les étapes suivantes ! Et c’est bien là que vous pouvez marquer des points. Quelles sont ces étapes cruciales, si souvent sous-estimées ?

  • Pour chaque article, l’optimisation des accroches (titre, visuel de une, introduction),
  • Le développement d’une ligne éditoriale humaine et authentique,
  • La promotion du contenu.

À ce sujet, consultez notre article qui fait déjà autorité dans les dîners en ville : 5 raisons pour lesquelles personne ne lit vos articles. Et lisez ce qui suit.

Lutter contre le bruit avec un mix marketing dédié à votre contenu

Les canaux de promotion de votre contenu sont légion. La plupart des marketeurs font l’erreur de faire reposer la promotion de leur contenu sur la seule distribution organique. C’est insuffisant. Un pense-bête pratique pour considérer tous les leviers et n’en oublier aucun, c’est le modèle PESO, dont les initiales correspondent à chaque canal :

  • Paid, la visibilité payée (tweet sponsorisé par exemple) pour augmenter mécaniquement le reach,
  • Earned, c’est-à-dire la visibilité obtenue gratuitement sur les médias spécialisés,
  • Shared, lorsque votre contenu devient viral et est partagé en boucle sur le web,
  • Owned, ou la distribution via vos canaux de marque, de manière organique (compte officiel Facebook par exemple).
Il existe 4 vecteurs de distribution et de promotion de votre contenu. Les utilisez-vous bien tous ? (Crédit photo : rawpixel.com, Pexels)

Combinez création et Marketing d’Influence

Mettons les pieds dans le plat : sans influence, le contenu n’est rien ! On croit trop souvent qu’il faut choisir entre construire sa propre influence ou avoir recours à des influenceurs existants. En réalité, les deux vont absolument de pair. Vous ne ferez jamais croître votre influence sans collaborer un minimum avec les figures de votre secteur. Supreme est aujourd’hui l’une des marques les plus influentes auprès des Millennials. Croyez vous que cela s’est fait en tournant le dos aux influenceurs et en évoluant en silo ? C’est tout le contraire.

En Marketing de Contenu, création et influence sont des maillons indissociables de la chaîne de valeur. N’espérez pas joindre les deux bouts sans la combinaison des deux ! (Crédit photo : Joey Kyber, Pexel)

Cette stratégie est de plus en plus désignée sous le terme de Marketing de Confluence, ou la symbiose entre création de contenu et influence. Il ne s’agit pas de collaborer dès le début avec les plus grands influenceurs de votre secteur. Cela vous coûterait les yeux de la tête. Commencez par une approche de niche, en vous rapprochant des micro-influenceurs. Typiquement, les blogueurs spécialisés, qui affichent des trafic de l’ordre de 1000 à 100000 visiteurs uniques par jour, sont les profils avec lesquels vous voulez faire équipe.

Le Marketing de Contenu est un levier plus exigeant que jamais à activer. Vous pouvez voir cela comme un problème… Ou comme une opportunité en or de surclasser vos concurrents. Si vous en êtes vous aussi convaincu, alors faites équipe avec getfluence.com, le site de mise en relation entre annonceurs et sites influents.

getfluence.com