Comme il est difficile de se faire une place sur internet ! Malgré des articles régulièrement publiés, votre trafic est ridicule. Ça a l’air si simple pour les autres, quel monde ingrat… Détrompez-vous, tous les créateurs de contenu peinent à leurs débuts. Il n’y a pas de fatalité : ceux qui réussissent persévèrent et corrigent le tir. Voici les cinq grandes raisons les plus fréquentes pour lesquelles des articles n’attirent pas de visiteurs. Vous êtes sûrement concerné, alors lisez-les attentivement pour prendre les mesures nécessaires.

1- Vous prenez la promotion de votre contenu à la légère

La recherche et la rédaction du contenu, ce n’est que 50 % du travail. Il faut au moins dédier la même quantité de temps à la promotion de votre article. Un partage sur Facebook et Twitter est loin d’être suffisant.

Côté réseaux sociaux, partagez votre contenu sur le maximum de réseaux, puis ne retenez que ceux sur lesquels la sauce semble prendre : il devrait y en avoir plus d’un. Au début les réseaux sociaux vous apporteront peu de trafic. Pour atteindre une base raisonnable d’abonnés, mettez en place des outils automatisés comme Owlead pour Twitter ou Instazood pour Instagram.

À l’heure de l’infobésité, votre contenu n’a aucune chose de se faire une place si vous n’employez pas les grands moyens côté promotion ! 📢 (Crédit photo : Jens Mahnke, Pexels)
getfluence.com

Et sinon ? Rapprochez-vous d’influenceurs et recueillez leur témoignage pour enrichir votre article. Puis notifiez-les lorsque l’article est en ligne. Il ne vous reste plus qu’à croiser les doigts pour que ces derniers partagent votre article !

2- Les accroches manquent de peps

Quelles sont les accroches d’un article ? Ce sont les échantillons, ce qui va donner au lecteur l’envie de cliquer et de lire le contenu entièrement. Par ordre d’importance on cite donc :

  • le visuel de une. Avez-vous remarqué le soin apporté aux images de une sur le blog getfluence.com ? Ce n’est pas seulement un souci du détail ! Le visuel est le premier élément à attirer l’attention. S’il est attractif, alors l’internaute daignera vérifier le titre de l’article puis cliquer. Pour de jolies photos, pensez aux banques d’images gratuites comme Unsplash ou Pixabay.
  • Le titre (headline). Buzzfeed a construit son succès sur des titres accrocheurs. Auriez-vous cliqué si cet article s’était appelé « Maximisation du potentiel des contenus éditoriaux » ? Pas sûr ! Avec l’annonce d’une liste concise (« 5 raisons »), vous savez déjà à quoi vous attendre, et la technicité de l’article paraît moins intimidante. Ensuite il y a un grain de provocation (« personne ne lit vos articles »), de quoi faire réagir le lecteur. Il y a beaucoup de techniques pour maximiser le taux de clic, mieux vaut les apprendre tôt que tard.
  • L’introduction. Que ce soit sur Google ou les réseaux sociaux, l’introduction ou la meta-description de votre article apparaîtra toujours en dessous de votre headline. Veillez donc à stimuler l’intérêt et à donner envie de lire la suite, dès les premières lignes. Comme dit le dicton populaire, on n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression.

À eux trois, ces éléments devraient vous prendre autant de temps que le reste de la production du contenu, car ils déterminent à 99 % le succès ou l’échec de vos articles.

3- Votre contenu ne sort pas du lot

Êtes-vous fier de l’article que vous avez écrit ? Ou bien avez-vous juste « fait le job ». Il y a une telle offre de contenus sur le web qu’un article de plus, sans réelle valeur ajoutée, ne cassera jamais la baraque.

D’après une étude de Quicksprout, une longueur de 2416 mots est la taille optimale pour maximiser le nombre de partages (Crédit photo : Pedro Nogueira, Unsplash)

Certains blogs réalisent la majorité de leur trafic grâce à une poignée de posts. Qu’ont ces contenus phares en commun ?

  • Ils sont parmi les plus complets du web sur le sujet,
  • Les informations fournies sont fiables, basées sur des études sérieuses,
  • Ils sont evergreen, c’est-à-dire que leur intérêt ne diminue pas avec le temps, ou alors ils sont régulièrement mis à jour afin de fournir une information exhaustive,
  • Ils font plus de 2000 caractères,
  • Ils comportent de nombreux visuels et autres médias type vidéo ou infographie,
  • L’auteur répond aux questions dans les commentaires.

Si vous publiez un nouvel article, mais qu’il existe déjà mieux sur le web, vous perdrez votre temps. Passez quelques heures de plus sur votre contenu pour le rendre unique et plus complet, sans quoi votre publication est un coup dans l’eau.

4- Votre ton n’est ni humain, ni engageant

Être professionnel ou objectif ne signifie pas employer un ton neutre ! Bientôt, les intelligences artificielles pourront écrire des articles (en fait, cela existe déjà !). Vous croyez bien faire, mais si on dirait que vos articles sont l’œuvre d’un robot sans cœur, alors votre contenu n’est pas prêt de sortir du lot, bien au contraire ! Sur un blog, les lecteurs recherchent autant de l’information que l’expérience d’une relation privilégiée avec le blogueur.

Si vos articles sont neutres, sentent le savon et manquent de personnalité, il est peu probable qu’ils génèrent un quelconque intérêt. Vous êtes un blogueur, pas un journaliste des Échos ! Ceci est vrai que vous soyez un blogueur indépendant ou en charge d’un blog de marque : dans tous les cas, une approche humaine est la seule qui vaille. (Crédit photo : Noah Buscher, Unsplash)

C’est la recherche d’information ou l’intérêt pour un sujet qui fait atterrir un internaute la première fois sur votre blog. C’est son coup de cœur pour votre style qui le fera revenir.

5- Votre contenu est trop commercial

Si vous tenez un blog d’entreprise, un travers consiste à tomber dans le piège d’une communication corporate. Le site de Red Bull traite-t-il à longueur d’articles des bienfaits énergisants de la boisson ? Ja-mais ! Au lieu de ça, la marque fournit un contenu de qualité riche en médias tel que « Comment filmer sa propre session de VTT ? » ou encore un reportage sur le Wakeskating dans le désert jordanien.

Avant d’espérer monétiser votre blog, il va falloir mettre la main à l’ouvrage : contenu engageant, authentique et régulier. Ensuite vous pourrez récolter les fruits de votre travail. (Crédit photo : Amaury Salas, Unsplash)

Vous êtes un blogueur ? Vouloir rémunérer votre travail est une intention légitime. Attention cependant à ne pas barder votre site de bandeaux publicitaires qui dégradent l’expérience utilisateur, ou bien à ne pas ajouter des liens d’affilié un peu partout. Lorsque le trafic décolle enfin, vous pouvez commencer avec des articles sponsorisés, une forme de publicité native qui sera mieux acceptée par les internautes.

Vous n’êtes concerné par aucun de ces cinq points, vraiment ? Dans ce cas, il se pourrait que vous soyez juste un peu impatient. Aucun blog n’est devenu populaire en une nuit. Construire une communauté est un travail de longue haleine, et les moteurs de recherche font preuve d’inertie, si bien que cela prend du temps avant de recevoir beaucoup de trafic organique. Continuez vos efforts, restez dans les clous, et le travail paiera !

getfluence.com