Vous faites du Marketing d’Influence et vous avez raison : en 2018, il est plus que jamais le segment incontournable de votre mix marketing. Pourtant, vous lisez çà et là que le Marketing d’Influence permet d’atteindre des Retours sur Investissement (ROI) de l’ordre de 10 ou 11 fois celui de la publicité en ligne classique. Surréaliste ? Peut-être. En fait cela dépend du secteur. Une chose est sûre : il est possible d’atteindre des niveaux véritablement stratosphériques. Le Marketing d’Influence devrait être l’investissement le plus profitable de votre campagne. Si ce n’est pas (encore) le cas, alors suivez le guide.

Les budgets dédiés au Marketing d’Influence ne cessent d’augmenter. En 2017, l’institut Bloglovin’ révèle que 63 % des marketeurs ont augmenté leur budget sur ce front. Une statistique répandue, et jamais démentie, fait état d’un ROI de l’ordre de 6,5 (ou 650 %), c’est-à-dire que chaque euro investi en rapporte 6,50. Pas mal ! Et ce n’est qu’une moyenne, ce qui signifie que certains marketeurs font mieux. Alors comment atteindre ces super performances ?

C’est le moment de faire les bons investissements, ceux qui offrent le meilleur rendement. C’est possible, en faisant les bons choix. (Crédit photo : Geralt, Pixabay)

La cible : les Millennials, boosteurs de ROI

Attention, selon votre cible, le Marketing d’Influence peut être un eldorado, ou un puits sans fond pour votre budget. En effet, côté réseaux sociaux, seuls les Millennials sont vraiment sensibles aux recommandations des influenceurs. De leurs côté, les Baby Boomers et la Génération Z sont respectivement seulement 0,3 % et 7 % à se dire influençables (source : Zine). Une campagne d’influence sur Facebook à destination des Baby Boomers est donc vouée à l’échec !

Ils sont jeunes, heureux, au pouvoir d’achat croissant, et influençables. Alors c’est le moment de vous faire connaître auprès des Millennials ! (Crédit photo : Aleksandar Pasaric, Pexels)

Côté blog, avec les articles sponsorisés, toutes les populations montrent plus ou moins le même intérêt. Ainsi, le contenu sponsorisé est considéré par presque la moitié des visiteurs de sites de divertissement comme améliorant globalement leur expérience utilisateur sur les pages en question (source : IAB / Edelman Berland). Reste que l’essentiel du trafic des blogs est bel et bien composé des Millenials, encore eux.

Bref, si votre cible correspond en partie ou essentiellement à ces chers internautes nés entre 1980 et 2000, c’est-à-dire ayant aujourd’hui entre 18 et 38 ans, alors foncez !

Le type d’influenceurs : priorité aux micro

À ses débuts, le Marketing d’Influence se focalisait essentiellement sur les méga-influenceurs. Puis ces derniers ont demandé des rémunérations de plus en plus élevées, alors même que l’engagement reçu par leur contenu s’amenuisait, les internautes n’étant plus dupes de tous ces placements produits.

Les marketeurs se sont alors rabattus sur les macro puis sur les micro-influenceurs, là où l’engagement est maximum. Une étude de HelloSociety a démontré que les micro atteignaient des taux d’engagement jusqu’à 60 % supérieur à celui des macro. Ces frappes chirurgicales sont efficaces… Pour peu qu’elles soient bien exécutées. C’est le défi numéro 1 : trouver les bons influenceurs. 68 % des marketeurs affirment que c’est leur difficulté la plus fréquente dans le cadre de leur campagne d’influence (source : Tapfluence/Altimeter).

Est-ce bien un océan bleu ?

Vous avez choisi votre influenceur Instagram ou votre blogueur influent. Il charrie un trafic raisonnable, son coût est donc accessible, et sa cible correspond à la vôtre. Attention : le contenu qu’il va diffuser pour vous va se retrouver au milieu du reste. Ainsi, si votre Instagrameur sponsorise un nouveau produit tous les deux jours, il est probable qu’un énième post parrainé par votre marque n’ait pas un impact tonitruant.

Cela fait rêver, n’est-ce pas ? En Marketing, un océan bleu est un environnement libre de toute concurrence. En l’occurence, assurez-vous que l’influenceur qui vous intéresse n’a pas déjà multiplié les placements produits pour vos concurrents. (Crédit photo : samsommer, Unsplash)

Côté blog, vérifiez que les articles sponsorisés sont bien postés nativement, c’est-à-dire aux côtés des articles purement éditoriaux, et pas dans une section à part, moins visible, qui recevra vraisemblablement beaucoup moins de trafic.

Pas de ROI maximisé sans objectif clair

Qu’est-ce qui déterminera une bonne performance de votre campagne ? L’engagement, le trafic, les ventes ? Déterminez votre priorité et communiquez-la clairement à l’influenceur. Celui-ci pourra ainsi créer le contenu à diffuser avec cet objectif en tête. Et cela peut faire toute la différence.

Quel est l’Indicateur Clé de Performance pour votre campagne ? Dans tous les cas, assurez-vous de le communiquer à votre influenceur. (Crédit photo : Rawpixel, Pexels)

En tout cas, vous ne pourrez pas reprocher à un article sponsorisé de ne pas booster votre trafic si vous n’avez pas mentionné en amont cet objectif au blogueur comme la priorité du partenariat.

L’art de la négociation

Une négociation bien menée peut significativement diminuer le coût d’un partenariat. Si vous passez par une plateforme, les montants sont déjà déterminés dans une grille tarifaire, ce qui laisse théoriquement moins de place à des coups de rabot. En revanche, dans le cadre d’une discussion en personne, surtout quand il s’agit de micro-influenceurs, la négociation est incontournable.

Négocier, ça ne coûte rien, et ça peut changer la face de votre ROI. Alors, pourquoi se priver ? (Crédit photo : Rawpixel, Unsplash)

Rendez-vous compte, vous pourriez diminuer votre coût de l’ordre de 20 %, ce qui booste mécaniquement votre ROI. Dans certaines industries comme les crypto-monnaies, les marketeurs témoignent qu’il est même possible de diviser le nombre annoncé par 4 ou 5 ! Du délire…

Toujours plus avec la visibilité croisée

« J’ai vu que vous aviez un compte Twitter. Serait-il possible de relayer notre partenariat sur ce réseau également ? ». Avec une simple requête, vous venez peut-être d’augmenter le reach du contenu créé par l’influenceur de l’ordre de 20 %, gratuitement.

Même topo côté blog : l’article sponsorisé sera-t-il relayé sur les réseaux sociaux officiels du blogueur, comme le serait un article classique ? Combien de fois l’article sera-t-il tweeté ? La durée de vie d’un tweet n’est que de 18 minutes. Au-delà il disparaît dans les archives du web. Alors demander trois ou quatre tweets (étalés dans le temps) est loin d’être excessif, et cela pourrait faire la différence.

Vérifiez si votre influenceur est présent sur d’autres réseaux, et demandez-lui de relayer le contenu qu’il créera pour vous sur ses autres comptes. S’il accepte de le faire gratuitement, c’est une belle visibilité en plus, sans coût additionnel ! (Crédit photo : Tracy Le Blanc, Pexels)

Plus vous obtiendrez de visibilité pour le contenu créé, plus vous générerez de trafic vers votre page et donc de conversions. C’est aussi simple que cela.

Choisir les bonnes plateformes

En fait, beaucoup de marketeurs pensent que Marketing d’influence rime forcément avec Instagram. C’est une erreur comme on vous l’expliquait dans notre article Stop à l’obsession Instagram.

Les Marketeurs sont 37 % à considérer le blog comme la meilleure plateforme en tant que ROI pour le Marketing d’Influence. Qui l’eût cru ? (Crédit graphique : Business 2 Community. Source données : Tomoson)

En effet, les plateformes les plus efficaces sont dans l’ordre les blogs, puis Facebook (25 %). Viennent ensuite YouTube et Instagram à égalité avec 6 %, suivis par Twitter. Alors, êtes-vous bien certain qu’Instagram était la meilleure idée possible ? Si vous voulez essayer le Marketing d’Influence côté blogs, testez une plateforme d’articles sponsorisés comme getfluence.com : l’inscription est gratuite, et la commande d’un article facile et rapide.

Il est difficile d’afficher une contre-performance avec le Marketing d’Influence. Aussi, certaines équipes se contentent qu’il soit profitable, sans savoir que cette rentabilité pourrait être démultipliée. Challengez vos choix passés : choisissez de plus petits influenceurs, essayez les blogueurs, soyez plus rigoureux sur vos objectifs, apprenez à négocier… Et regardez le ROI exploser ! 🚀 Vous viendrez nous remercier plus tard.