Le monde des cryptomonnaies fait actuellement face à des mesures de rétorsion de la part des plus grandes plateformes de publicité en ligne : Facebook, Google et très probablement Twitter. Sur Facebook, il est déjà officiellement interdit de promouvoir les cryptomonnaies, ou les ICO (Initial Coin Offerings), ce qui équivaut à une levée de fonds via le lancement d’un nouveau coin. Résultat : le Marketing d’Influence et la publicité native apparaissent comme les principaux canaux restants pour ces acteurs de la blockchain. 

La fin de la pub sur les réseaux majeurs

Facebook a été le premier à lancer l’offensive contre les cryptomonnaies, en annonçant en janvier dernier l’interdiction de toute publicité pour celles-ci sur le réseau social numéro un.

Facebook a préféré renoncer aux revenus des publicités issues du monde des crypto. (Crédit photo : Pixabay, Pexels)

On pensait voir Google et Twitter se frotter les mains du transfert des investissements publicitaires vers leurs plateformes respectives. Erreur : le premier a annoncé la semaine dernière une interdiction similaire à celle édictée chez Facebook. Elle prendra effet dès le mois de juin prochain. Restait donc Twitter, qui fait depuis la semaine dernière l’objet de rumeurs concordantes, relayées notamment par Sky News, selon lesquelles le réseau bannirait à son tour les crypto.

Comme pour achever le monde du crypto, Bing a à son tour interdit les annonces pour les cryptomonnaies sur son réseau publicitaire. Apple, de son côté, a interdit les applications de minages sur son App Store. Fermez le ban !

Les raisons de l’interdiction

Le monde des cryptomonnaies paie ici un gros défaut de régulation. Le législateur tarde à s’intéresser à ces nouveaux actifs et à légiférer en conséquence. Résultat : c’est un peu le Far West.

Pour ne rien arranger, beaucoup d’investisseurs sont de nouveaux arrivants peu au fait des précautions à prendre avant tout investissement. Ils sont naturellement la cible d’opérateurs malveillants, prompts à profiter de leur ignorance pour les escroquer.

Bitconnect était une monnaie digitale open-source fondée sur une pyramide de Ponzi. Son cours s’est effondré en janvier dernier, ruinant ainsi beaucoup de ses investisseurs, en particulier ceux arrivés en dernier. Une affaire de plus jetant le discrédit sur le monde des crypto.

Les plateformes publicitaires prennent donc les devants en interdisant, peut-être momentanément, les annonces afin de protéger leurs utilisateurs et en attendant que le secteur soit davantage régulé.

Les alternatives disponibles pour les acteurs de la blockchain

Le marketing pour les cryptomonnaies est un segment très particulier, avec ses propres canaux de choix. Ainsi, des réseaux sociaux moins connus comme Steemit ou Medium, des forums de discussion comme BitcoinTalk, ou même des applications de messagerie comme Telegram y font loi. Une entreprise souhaitant convaincre des investisseurs d’acquérir ses tokens dans le cadre d’une ICO devra opérer en priorité sur ces réseaux. Un community manager à temps plein est d’ailleurs indispensable.

Dans le cadre de la promotion d’une ICO, il est aussi recommandé de la lister sur des sites spécialisés comme ICObench. Mieux, des instituts (auto-proclamés) comme ICOrating ou Digrate se proposent contre rémunération de noter les ICO puis d’envoyer le rapport à des pools d’investisseurs.

Enfin, le marketing d’influence est certainement roi dans le domaine des crypto… Ce qui nous amène directement au point suivant !

Le Marketing d’Influence, canal idéal pour les crypto

Le monde des cryptomonnaies est peuplé d’investisseurs juniors, à la recherche du prochain investissement qui multipliera par 100 ou plus leur mise initiale. Pour ce faire, peu s’informent vraiment des spécificités des monnaies existantes ou, dans les cadre des ICO, des projets prévus derrière les coins en devenir.

La plupart des investisseurs fondent leurs prises de position sur les recommandations de blogueurs spécialisés, opérant sur Medium, sur YouTube en mode Vlog, sur Twitter en mode micro-blogging, ou directement sur leurs sites dédiés. Certains influenceurs ont fondé leur réputation en conseillant avant tout le monde tel ou tel investissement qui s’est révélé en effet juteux.

Les plus gros méga-influenceurs peuvent même faire évoluer à eux seuls le cours d’une cryptomonnaie ou bouleverser l’issue d’une ICO. (Crédit photo : energepic.com, Pexels)

Pour un nouvel entrant sur le marché, il est donc capital de s’octroyer les services de médias ou blogueurs influents. Ceci est d’autant plus vrai depuis que le canal publicitaire traditionnel est largement compromis.

Côté français

En France, les principales sources de recommandations pour les crypto-investisseurs sont Twitter et YouTube, avec notamment Hasher, ainsi que quelques sites d’actualité faisant référence. Le forum de prédilection se retrouve quant à lui de manière assez inattendue du côté de jeuxvideo.com.

Les sites d’actualité sont consultés régulièrement par les investisseurs, soucieux de se tenir au courant des news autour des coins les plus prometteurs. (Source photo : Coin24.fr)

Avec getfluence.com, vous pouvez entrer en relation avec Coin24.fr, site numéro 1 sur l’actu des cryptomonnaies en France, et y commander un article sponsorisé. Vous atteindrez alors une source de choix de la communauté française des crypto-investisseurs. Comme pour toute commande, getfluence.com s’assurera de la bonne tenue de la collaboration dans les délais prévus.

Si le marketing d’influence et la publicité native deviennent prédominants, dans certains secteurs ils sont carrément incontournables. Le secteur des cryptomonnaies fait clairement figure de pionnier en la matière.